GRAND'DIRE POUR MIEUX SE DIRE



Savoir accueillir ses émotions est essentiel...


Ainsi, je propose très souvent, pour ne pas dire la plupart du temps, de l’alphabétisation émotionnelle, pour les enfants mais aussi pour les « ex-enfants », comme dirait Jacques Salomé.... A savoir reconnaitre ses émotions, les accepter et les mettre en mots...


Ce qui est incroyable c'est que, ce qui est acquis dans l'enfance, à savoir la régulation de ses émotions, est une assurance d'une meilleure santé mentale en tant qu'adulte...

Pour exemple, le fils de ma sœur, qui a 8 ans, me semble parfois plus éclairé et outillé que mon père qui en 73... sans doute générationnel, n'est-ce pas?


Mais ce qui me frappe dans ma pratique en Santé Mentale, c'est que cette difficulté à réguler ses émotions est bien souvent la cause de nombreux maux.


Pour exemple, cette femme en rupture avec sa famille (ex-mari et enfants), qui s'alcoolise et souffre de l'absence de ses proches, sans pouvoir simplement leur dire qu'ils lui manque terriblement. Elle met sous le tapis sa sensibilité qui lui semble si menaçante...


Ou encore cet homme qui ne parvient pas dire à sa femme qu'il ne l'aime plus et qui est envahi par les angoisses.


Ainsi, l'éducation émotionnelle c'est bien sûr apprendre à accueillir son émotion mais aussi, être en mesure de la partager...


Apprenons enfant ce qui nous soutiendra pour devenir des adultes construits... ou enseignons à nos enfants le B.A.Ba des émotions.


MON ENFANT EST EN SURPOIDS, QUE PUIS-JE FAIRE ?

Le nombre d’enfants en surpoids augmente rapidement dans les pays occidentaux. En effet, il a doublé des 80’s à 2017 et bien plus encore pendant la pandémie, en raison de la sédentarité accrue de nos enfants. Cette « épidémie non-infectieuse » est l’un des plus grands défis de Santé Publique. En Suisse, 19% des enfants sont concernés.

Je suis actuellement, Victor, 12 ans…


Imagine-toi la souffrance de Victor, dans une société de l’image où les codes sont dictés par les influenceurs via Instagram ou Tik Tok (cf la polémique actuelle sur l'impact des Réseaux Sociaux sur les jeunes) !

Comment avoir confiance en soi, lorsque l’on a 12 ans et que l’on est en surpoids ?


En tant que parents, la prévention passe par certaines mesures simples. Je te présente ici les 4 règles de la la méthode « Papillote » du Dr V. Boggio, du CHU de Dijon :


🥄Ne pas se resservir.

🥄Manger uniquement pendant les repas.

🥄Marcher 30 minutes par jour.

🥄Ne pas être seul(e) à la maison

NB: le repas se prend assis, à une table, avec des couverts et avec quelqu'un d'autre à côté de lui. L'autre contrainte pour les parents est de faire en sorte qu'il ne soit plus seul à la maison.


Ces 4 règles sont simples et doivent être respectées à la lettre. En contrepartie, aucun aliment n'est interdit, ni inversement imposé.


En savoir plus : https://www.e-sante.fr/surpoids-enfant-4-regles-pour-maigrir-se-sentir-mieux/actualite/1173

Mais encore : https://blog.hopitalvs.ch/surpoids-enfant/


Noter que pour ce qui est de Victor, c’est un enfant courageux et qui est en recherche de solution. C’est lui qui a demandé à ses parents de l’envoyer chez une nutritionniste et il s’est inscrit au judo l’an dernier…

J’ajoute à cela (ce qui est valable aussi pour nous tous) quelques règles simples en matière d’hygiène de vie :

🥄Manger doucement et bien mâcher

🥄Limiter la consommation de sucre, les produits industriels ou transformés, en privilégiant les sucres naturels (fruits, fruits secs…)

🥄Limiter les heures d’exposition aux écrans

🥄Veiller à la bonne qualité du sommeil


Et d’hygiène émotionnelle, si j’ose dire…

🥄Ne jugez pas l’enfant, ne le dépréciez pas. Les autres enfants s’en chargent déjà bien assez… Valorisez plutôt ces ressources.

🥄Aider l’enfant à nommer ses émotions plutôt qu’à compenser avec des douceurs…

🥄L’encourager à gérer son stress.


MON CORPS, C'EST MON CORPS...

A l'occasion de la rentrée des classes, (et ce sans vouloir dramatiser) je vous invite, parents, à rappeler à vos enfants que PERSONNE n'a le droit de toucher à leur corps, sans leur consentement.

En effet, lors de l'un de mes cours, nous avons évoqué le cas d'une fillette de 6 ans qui soudainement refuse de s'habiller en fille, demande à ce qu'on lui coupe les cheveux très courts. Elle est toujours en colère voire en rage, maltraitant alors régulièrement, sa sœur plus âgée ou les autres enfants. La mère, intriguée par le changement de comportement de l'enfant, interroge la fillette. Cette petite confie alors à sa mère, qu'elle a été victime de gestes déplacés, de la part d'un autre enfant de son age... Certes les adultes peuvent être un danger pour nos enfants... Mais les autres enfants également...

L’hyperactivité (selon son intensité), la difficulté à canaliser ses émotions sont bien souvent bénignes ou liées à l'age de l'enfant. Cependant, dans certains cas, ce peut être le reflet d'une préoccupation de l'enfant (harcèlement scolaire, parents en conflit... ) Parfois, un enfant, lui-même victime de violence, peut se montrer agressif envers d'autres enfants car il rejoue ce qu'il a lui-même subi... Ce peut également être la manifestation d'un abus sexuel...

Voici quelques liens, pour une approche pédagogique avec les plus jeunes: https://www.youtube.com/watch?v=tLzj3CstC7o, un peu désuet mais bien d'actualité... https://www.youtube.com/watch?v=S70PvCqtXwU https://www.youtube.com/watch?v=akC1ktxuczE et Titeuf qui nous parle du "Zizi Sexuel" https://www.youtube.com/watch?v=DHgKKz8SPrs

Restons vigilant, car mieux vaut prévenir que guérir!


MON ENFANT EST UNE ÉPONGE…

L’autre jour, j’ai reçu Anatole (nom d'emprunt), 9 ans et demi. « Anatole est comme une éponge. Il absorbe tout. » me dit sa mère. « Si l’un de ses camarades est en difficulté, cela peut l’impacter très fort. Anatole se met souvent à la place des autres. Il a envie d’aider. Mais du coup, parfois en fin de journée, Anatole est une pile électrique. Il a de la peine à se calmer et à s’endormir. Il a aussi souvent mal au ventre ». « Comment aider mon enfant à gérer ses émotions » ? me demande sa Maman.

L’enfant hypersensible exprime plus facilement ses émotions, qu’elles soient négatives ou positives. Il est également plus sensible / attentif à ce qui se passe autour de lui et développe ainsi une plus grande empathie.

En tant que parent, vous pouvez : -Essayer de comprendre l’origine de sa grande émotivité. A-t-il vécu un changement dans sa vie ? -Aider le à mettre des mots sur ses émotions (même s’ils sont violents ou impulsifs) de manière à l’aider à évacuer le trop-plein -Valoriser sa sensibilité comme une force (ce qui en est une), mais il y a toujours 2 faces d’une même pièce ! Car sa sensibilité fait de votre enfant un empathe ou un artiste (ou un créatif). -Favoriser les activités artistiques ou sportives qui l’aideront à gérer ses émotions, son stress…

Et surtout, n’oublie pas que le cerveau humain n’est mature qu’à 21 ans (donc tu ne peux pas attendre de ton enfant ce que certains adultes ne sont pas capables de faire !)


HARCÈLEMENT SCOLAIRE : OSER EN PARLER!

En Suisse, 10 à 15% des enfants et des jeunes sont victimes de harcèlement scolaire. Contrairement aux coups physiques, le harcèlement psychologique est plus difficile à détecter. Il s’agit d’un problème de société grave qui peut être à l’origine d’une grande souffrance psychique chez les jeunes…

Je me souviens de Léonie, 21 ans, que nous avons accueillie à la consultation de traitement des addictions pour une consommation excessive d’alcool et de cannabis. En effet, Léonie, diagnostiquée Haut Potentiel à l’adolescence, était souvent à marge du groupe d’enfants de sa classe. Pas les même centres d’intérêt que les autres enfants. Une hypersensibilité invalidante… Bref, cette mise à la marge s’est rapidement transformée en harcèlement.

Léonie, ne parvenant pas s’intégrer ou à contenir son anxiété, a commencé à consommer vers ses 13-14 ans, pour « faire comme les autres » et pour « anesthésier ses émotions » dont elle ne savait que faire…

Ainsi, le harcèlement n’est pas une banale affaire de cours d’école. S’il n’est pas détecté et prévenu, il peut avoir des conséquences graves et durables… Elon Dr G. PETRAGLIA médecin au Service de Pédopsychiatrie au CHVR, « plus de la ½ des ados que nous rencontrons dans notre unité a été victime de harcèlement scolaire »…

Troubles anxieux, phobies sociales ou scolaires, troubles somatoformes…

En tant que parent, que faire ? -Ne jamais banaliser -Oser en parler -Faire intervenir des adultes pour stopper la spirale de violence -Donner l’exemple en matière d’éducation à l’empathie et au soucis de l’autre -Contacter l’infirmière scolaire, ou le directeur d’établissement pour faire stopper les violences… -Renforcer la confiance en soi de ton enfant…

Si l’enfant présente des angoisses massives, voire des idées suicidaires, prennez contact avec un pédopsychiatre.

Si les symptômes de votre enfant sont moins invalidants, n’hésitez pas à me contacter pour en savoir plus sur l’accompagnement et les outils que je propose…

En effet, la sophrologie peut aider votre enfant à se remettre en mouvement et à gérer ses émotions.






Posts récents

Voir tout