top of page

DÉVELOPPER LES HABILETÉS PSYCHOSOCIALES,PREMIER PAS VERS LA CONFIANCE EN SOI...




Le 28.09 dernier, j'étais invitée par Natasa Arvova, facilitatrice en Santé Mentale pour une présentation sur le Compétences Psycho-Sociales. Natasa a fondé un groupe d'entraide "Crazy Silly Wise Magick" et organise régulièrement des ateliers créatifs, invitant des spécialistes de la psychiatrie, des acteurs de la Santé Mentale, des artistes, des artisans locaux... ou propose des sorties dans divers musées de Suisse.


Ayant elle-même vécu, ce qu'elle nomme des "crises psycho-spirituelles", elle est très militante pour la déstigmatisation de la maladie psychique.

Elle s'engage, corps et âme, pour la réintégration et l'inclusion des "personnes neuro-divergentes" ou souffrant de troubles psychiques dans la communauté.


De ce fait, j'ai choisi de vous partager le contenu de cette présentation, car je trouve cela particulièrement éclairant sur le processus de connaissance de soi qui permet le mouvement de soi vers les autres... ou comment entrer en relation de manière assertive et confiante!

LES COMPETENCES PSYCHO-SOCIALES, DE QUOI PARLE - T - ON?


Selon l'OMS, les Compétences Psycho-Sociales (CPS) ou "Life Skills" en anglais, sont la « capacité d'une personne à faire face efficacement aux exigences et aux défis de la vie quotidienne. C'est la capacité à maintenir un état de bien-être psychique et à le démontrer par un comportement adapté et positif lors d'interactions avec les autres, sa culture et son environnement " ». En d'autres termes, la capacité à mobiliser un ensemble de ressources (savoirs, savoir-faire, savoir-être) dans une situation pertinente.


Les buts d'acquisition de ces compétences sont :

  • le bien-être physique et psychique de cette personne,

  • l'insertion sociale ou socioprofessionnelle,

  • l'épanouissement personnel.


Ainsi, les CPS sont un facteur clé de la santé physique et psychique, du bien-être ainsi que de la réussite sociale et éducative.

Le développement des CPS constitue une stratégie majeure de prévention et de promotion de la santé.


L'OMS définit 10 aptitudes à développer au cours de l'éducation de l'enfant, puis tout au long de la vie, pour permettre l'adoption de comportements favorables à la santé et au bien-être. Ces 10 aptitudes sont regroupées en 3 catégories:

Les CPS permettent donc de :


-Augmenter l’autonomisation et le pouvoir d’agir (empowerment)

-Maintenir un état de bien-être psychique

-Favoriser un fonctionnement individuel optimal

-Développer des interactions constructives.


- Avoir conscience de soi nécessite de pouvoir reconnaître et comprendre ses cognitions (pensées, croyances, valeurs, représentations, images mentales), ses émotions (sentiments, affects) et ses volitions (désirs, besoins, aspirations, rêves) et leurs liens avec les comportements.


- La maîtrise de soi nécessite d’arriver à contrôler, diriger et ajuster ses comportements en fonction de ses buts et selon le contexte.


- Quant à la prise de décisions constructives, cela représente, dans une situation donnée, la capacité à identifier et sélectionner les objectifs et les solutions les plus appropriées pour soi et pour les autres.

- Avoir conscience de ses émotions et de son stress est la capacité à reconnaître et comprendre ce que nous ressentons.


- Réguler ses émotions implique de gérer ses propres émotions et de maintenir un équilibre émotionnel. Il s'agit de la capacité à exprimer ses émotions de façon adaptée ainsi que la capacité à gérer ses émotions en modifiant l’intensité et les conséquences des émotions désagréables telles que la colère, la tristesse...


- Gérer son stress correspond à l'aptitude à réguler ses propres réactions psychocorporelles de stress au quotidien ou en situation d’adversité, afin de ne pas être submergé et pouvoir disposer de toutes ses ressources pour fonctionner pleinement et poursuivre ses propres objectifs.

- Communiquer de façon constructive ou l’aptitude à adopter des comportements verbaux et non verbaux favorables pour interagir avec les autres, même dans les situations difficiles.


-Développer des relations constructives ou l’aptitude à adopter des comportements relationnels favorables pour entrer en relation, interagir avec les autres et construire des liens sociaux, notamment avec ses pairs.


- Résoudre des difficultés ou la capacité à résoudre des situations problématiques de la vie quotidienne en ayant recours à des comportements relationnels favorables. Elle nécessite de savoir demander de l’aide, de pouvoir mobiliser la capacité d’assertivité et de refus, afin de pouvoir affirmer ses besoins et de savoir résoudre des conflits de façon constructive.


COMPÉTENCES PSYCHOSOCIALES ET CONFIANCE EN SOI?


Les CPS assurent la protection de la santé menatle car elles contribuent au sentiment d’efficacité personnelle, à la confiance en soi et à l’estime de soi.

Elles sont centrales dans la construction de l’identité et la capacité à faire face aux défis du quotidien.


Elles nous aident à mieux nous comprendre, à entrer en relation positivement avec les autres et à adapter nos comportements en fonction des contextes.


A l’inverse, lorsqu’elles ne sont pas suffisamment développées, elles peuvent favoriser des comportements à risque, tels que la consommation de substance (drogues illicites, tabac, alcool), la violence ou encore des conduites sexuelles à risque.


Un thème vaste et passionnant, que ces CPS.

Ainsi, pour ce premier atelier, j'ai choisi d'explorer avec les participants ces compétences par le biais du jeu théâtral. Eclats de rire garanti. Et même si, au début de l'atelier, chacun semblait dans ses petits souliers, un peu intimidés, nombreux sont ceux qui se sont laissés prendre au jeu.


Nous avons ainsi eu l'occasion de:

- se présenter de manière ludique

- pratiquer des exercices sur la voix et les masques faciaux (chants des voyelles, faire "tourner une grimace"

- découvrir et explorer l’espace en prenant conscience des différents espaces – distances (public (3,6 à 7,5m) – social ( 1,2 à 3,6m) – personnel (bars tendu) – intime (bras replié))

- écouter et faire confiance pour mieux appréhender l’autre

- et bien d'autres choses encore.


En bref, je leur ai proposer de laisser de coté les conventions sociales et de se relier pour quelques instants, à leur cœur d'enfant.


Le rire, meilleur remède contre la déprime!!!






27 vues0 commentaire

Comments


bottom of page